Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
MAMIE

MAMIE

C’est un sourire Qui s’ouvre comme fleur Dans un matin d’été Encor frais de rosée. C’est un jardin entier Rempli de souvenirs Et de moments fugaces, D’insouciance et d’amour. Comme bénie, l’attente, La venue des amis. - Nos êtres chers, Nos tendres chairs…...

Lire la suite

ECCLESIASTE 2

ECCLESIASTE 2

Eccl. 2 :1. J’ai dit dans mon cœur : « Je t’éprouve par la joie. De plus, vois le bien ! » Enfin, voyez de vos yeux : Tout ceci est vanité ! Eccl. 2 :3. J’ai pris avec cœur d’égayer ma chair de vin, saisir la sottise. Pour voir ce qui était bon dans ce...

Lire la suite

- 35 -

- 35 -

Solitaire et pensif, des champs les plus déserts, Je vais me promenant lentement d’un pas grave En portant mes regards pour les fuir comme esclave Aux lieux où trace humaine imprime l’univers. Aucun autre secret ne cache mes hivers A l’acuité des gens....

Lire la suite

- 18 -

- 18 -

Quand mes yeux tout à fait se tournent vers la part De ma dame qui luit dans un trait de lumière Comme dans mon esprit demeure la lumière Qui brûle et me détruit lentement et qui part. Moi qui craint que mon cœur ne voit la bonne part Et de plus près...

Lire la suite

- 2 -

- 2 -

Pour accomplir une vengeance aux yeux de Dieu Et punir en un jour pas moins de mille offenses En se cachant, Amour prit son arc et ses lances Comme qui veut léser attend l’heure et le lieu. Pour retraite assurer, là, comme en plein milieu Ma vertu dans...

Lire la suite

- 1 -

- 1 -

Vous qui prêtez l’oreille à mes éparses rimes Le son de ces soupirs dont mon cœur est repu Lors de ma jeune erreur, en acte corrompu Quand j’étais un autre homme au milieu d’anonymes. De ce style divers où mes propos intimes Entre les vains espoirs et...

Lire la suite

APRES L'ESCALE II

APRES L'ESCALE II

Mais je ne suis qu’une ombre et toi, badaud floué, Tu peins et tu repeins mon reflet qui s’imprime Au creux de ce poème à quoi ton cœur s’arrime. Mais mon corps sans relief t’aura fait déjouer. Tremblant, ton poing serré s’échine à secouer Des chimères...

Lire la suite

FILS DE L'HOMME

FILS DE L'HOMME

Fils de l’homme étouffé, comment donc la justice Remboursera le souffle et l’œil observateur Dont ton petit corps frêle a perdu la notice ? Aucun homme en effet car seul le Créateur Est en mesure de redonner l’existence A l’intime en mémoire. Immense...

Lire la suite