Fougère 6/9

Publié le par Emmanuel RASTOUIL

Ma main, ouverte en grand, caresse la fougère,

Comme une fine peau suspendue entre sols.

Son exquise douceur, sa verdeur passagère,

Font des tapis mouvants ou bien des parasols

Aux insectes cachés sous les fleurs, dans les sols…

Je navigue au dessus du monde qui fourmille,

Effleurant la toison de cette belle fille

A la beauté troublante, aux effluves menthols.



Publié dans huitain

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article